Colloque « 1989 à l’Est : entre ordre et subversion » – Appel à communications

Appel à communications du colloque international et pluridisciplinaire de SFERES « 1989 à l’Est : entre ordre et subversion » / International and pluridisciplinary Congress of SFERES “1989 in the East: Between order and subversion”

[English version below]

Les événements politiques qui se sont déroulés dans l’Est de l’Europe autour de l’année 1989 ont constitué l’un des plus grands bouleversements qu’ait connus le continent européen depuis la fin de la Seconde guerre mondiale et l’avènement de la Guerre froide. Le congrès se propose de revenir sur ces processus qui ont entraîné la désintégration des régimes communistes dans les pays d’Europe centrale et orientale, des Balkans et en URSS.

Elle apparaît comme le produit de mobilisations complexes qui ont pris appui sur des formes d’actions nouvelles et franchi les frontières politiques les plus instituées au sein des régimes soviétisés : entre « dissidence » et appartenance à la sphère officielle, entre action politique « conventionnelle » et mobilisation de rue, entre espaces nationaux. Au cours de cette période, les répertoires d’actions, les attaches institutionnelles, les préférences idéologiques et les identités des acteurs, y compris des plus officiels, se sont profondément modifiés. Les modes de contestation sont passés d’une subversion autolimitée des institutions en place, laquelle a pu s’accompagner de formes de collaboration avec le régime, à des oppositions frontales beaucoup plus nettes et radicales. Ces mêmes oppositions ont été menées par des acteurs souvent intégrés au système, selon des rythmes et des modalités à la fois propres à chaque pays (et, en URSS, à chaque République), peut-être même à chaque sphère sociale, et corrélées à des phénomènes de circulation entre ces espaces. Tout se passe donc comme si la matière même des événements liés à 1989 avait résidé dans un brouillage des repères routiniers de l’ordre et de la subversion du « système ».

En dépit du nombre considérable de recherches consacrées à la « chute du communisme », on dispose de peu de travaux revenant de façon systématique sur ces transformations en train de se faire, prenant en compte l’ensemble du champ social et le foisonnement qui l’a gagné depuis la deuxième moitié des années 1980. Le congrès entend les explorer en montrant leur hétérogénéité dans les différents pays et en dépassant les catégories d’analyse binaires héritées de la transitologie : pouvoir/opposition, conservateurs/réformateurs, autoritarisme/démocratie, planification/capitalisme, etc. Mettre en évidence la complexité de ces processus et les anticipations stratégiques qu’ils ont suscitées au moment de leur déroulement incite à avoir une lecture des événements la plus attentive possible aux pratiques des acteurs des différentes sphères sociales et à la manière dont les transformations des relations et des interdépendances entre ces secteurs ont affecté les pratiques. Les matériaux empiriques, qu’ils soient nouveaux ou déjà connus, peuvent ainsi être interrogés ou revisités à la lumière de ces exigences méthodologiques. Comment les institutions et acteurs de l’ordre existant se sont-ils adaptés ou ont-ils été écartés ? Comment les recompositions du système à partir d’éléments du passé ont-elles refaçonné les pratiques des acteurs ? Quelles nouvelles formes et configurations de compétition se sont imposées ? Comment les anciennes élites ont-elles commencé leur reconversion et de nouvelles ont émergé ? Comment appréhender le rôle joué par les acteurs « d’en bas » ou ceux situés à la périphérie des élites ?

Date et lieu du Congrès : 7-8 novembre 2019 à Paris.

Téléchargez l’appel à communications complet ici.

————–

The political events that unfolded in Eastern Europe around the year 1989 have constituted one of the largest upheavals that the European continent has seen since the end of the Second World War and the dawn of the Cold War. The congress intends to re-examine the processes that led to the disintegration of communist regimes in the countries of Central and Eastern Europe as well as in the Balkans and the USSR. This disintegration appears to be the product of complex mobilizations based on new forms of action and it crossed the most established political borders within Sovietized regimes: between “dissidence” and involvement in the official sphere, between “conventional” political action and street-level mobilization, between national spaces. During this period, the repertories of action, the institutional ties, the ideological preferences, and the actors’ identities, including the most official, have been profoundly changed. The modes of contestation have gone from a self-limited subversion of established institutions, one that could accompany forms of collaboration with the regime, to much clearer and radical head-on opposition. These same oppositions were led by actors often integrated within the system, according to the rhythms and modalities specific to each country (and, in the USSR, to each republic), perhaps to each social sphere, and correlated to the phenomenon of circulation between these spaces. Everything occurred as if the events linked to 1989 had resided in the blurring of routine landmarks of the order and of the subversion of the “system.”

In spite of the considerable number of research projects dedicated to the “fall of communism,” there are few that systematically examine these transformations in the making, taking into account the entire social field and its blossoming since the second half of the 1980s. The congress seeks to explore these transformations by highlighting their heterogeneity in the different countries and in transcending binary categories of analysis inherited from transitology: power/opposition, conservative/reformer; authoritarianism/democracy; planning system/capitalism, etc. Underscoring the complexity of these processes and the strategic anticipations that they raised at the moment of their unfolding impels the most attentive possible reading of the events to the practices of actors of the different social spheres and to the manner by which the transformations of relationships and the interdependences between these sectors affected the practices. Empirical materials, whether newly available or already known, can thus be questioned or revisited in the light of these methodological requirements. How did the existing order’s actors and institutions adapt or how were they discarded? How did the reconfiguration of the system, using elements of the past, reshape actors’ practices? Which new forms and configurations of competition have emerged? How does one understand the role played by the “grassroots” actors or those situated at the periphery of the elites?

Date and venue of the congress: Paris, 7th-8th November 2019.

Please donwload the full call for applications here.

 

Institutions organisatrices / Organising institutions

Institutions partenaires / Partner institutions

Avec le soutien du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de
l’Innov
ation (programme ACCES)

 


1 réflexion sur « Colloque « 1989 à l’Est : entre ordre et subversion » – Appel à communications »

  1. Ping : 1989, le retour de l’Histoire – Le Carreau de la BULAC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.